fn64 censure Messieurs les rédacteurs en chef des agences de Pau et Bayonne
Vous avez tout au long de l’année censuré systématiquement nos communiqués comme vous venez de censurer notre rentrée politique et notre conférence de presse en présence de Louis Aliot, vice-président du Front National samedi dernier 19 novembre à Lacadée (64300)
Trop, c’est trop !

 

 

Messieurs les rédacteurs en chef des agences de Pau et Bayonne
Vous avez tout au long de l’année censuré systématiquement nos communiqués comme vous venez de censurer notre rentrée politique et notre conférence de presse en présence de Louis Aliot, vice-président du Front National samedi dernier 19 novembre à Lacadée (64300)
Trop, c’est trop !

A l’évidence vous considérez que les lecteurs de votre journal n’ont pas à connaître toute information concernant notre parti, vous vous érigez donc en censeurs voire en police de la pensée politique et du politiquement correct, ce qui est bien loin de la déontologie de votre profession, si vous savez encore ce que cela veut dire, et encore bien plus loin de la pluralité politique que l’on pourrait attendre de votre journal
Sud-Ouest pratiquant la discrimination ne peut plus être qualifié de journal d’information mais de journal de propagande, car vous avez décidé de tourner le dos à liberté d’expression en ostracisant avec constance un parti politique représenté dans les deux assemblées, dans des mairies, le parlement européen, sans oublier ses conseillers régionaux et départementaux.
C’est un manque de considération pour vos lecteurs, dont plusieurs dizaines de milliers sont aussi des électeurs du Front National.
Que vous le vouliez ou non, cette pratique, n’est pas sans rappeler celle d’une presse aux ordres dans les états totalitaires…
Cette forme d’intolérance est à l’exact opposé de ces « valeurs » que vous dites défendre mais vous n’êtes pas à une contradiction près.
Puis-je vous rappeler également les 1.139.971 € d’argent public que vous percevez ? (Chiffre publié par le Ministère de la Culture)
Puis-je aussi vous rappeler le prêt de 900.000 € que la région Aquitaine a consenti à la SAPESO, société éditrice de votre Journal ?

Cela amène trois commentaires :

-Tout d’abord concernant cet argent public. Il provient également des impôts payés par les citoyens y compris ceux votant pour le Front National,
-Ensuite la somme de 900.000 € prêtée à la SAPESO, vous soumet à votre banquier la Région Aquitaine,
-Enfin il vaut mieux en effet se montrer complaisant, voire servile, envers ceux dont on est financièrement redevable, même au mépris de la pluralité politique.

Pour conclure je reprendrai la citation prêtée à Voltaire :
« Je ne suis d’accord avec vous ni sur l’essentiel ni sur l’accessoire. Par contre je me battrai jusqu’à mon dernier souffle pour que votre voix soit entendue. »

On n’en est pas là à Sud-Ouest !
Salutations

Jean-Michel IRATCHET
Secrétaire départemental du Front National
Conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine
Copies : Direction Régionale de Sud-Ouest, réseaux sociaux

 

Share This

Partagez le site du FN64